L'homme est stupide

- May 1948 - Une sorte de sermon -

De plus en plus souvent l'idée hérétique selon laquelle l'homme n'est pas la couronne de la création, mais une fausse construction, destinée à se dégrader comme les dinosaures de la période jurassique, parce qu'il est incapable, disons-le simplement: parce qu'il est trop stupide, adapter les conditions de vie changées (par lui-même!) d'une nouvelle période terrestre.

Même les dinosaures ont probablement été assez stupides. Cette hypothèse se pose lorsque l’on regarde les têtes minuscules sur lesquelles les montagnes de chair semblent avoir été réalisées sur les images dessinées autour du squelette d’ossements retrouvés.

Vous trouvez, cher lecteur, que l'homme a l'air très différent. Mais vous ne devez pas maintenant penser à la personne qui s'est battue avec les dragons à l'époque et qui est restée victorieuse. Il n'y a plus une seule personne dans le domaine de notre expérience. Cela donne seulement aux gens un collectif, même si on parle beaucoup de la personnalité. Pensez à l'endroit où les vêtements que vous portez, la voiture dans laquelle vous conduisez, même le pain que vous mangez. Cependant, toutes sortes de parallèles suspects peuvent être établis entre le collectif humain et le brontosaure, qui est devenu un organisme géant, en particulier ceux de l'intelligence à courte vue.

Bien, vous me comprenez bien: je ne parle pas de votre intelligence personnelle et personnelle, pour laquelle j’ai une très grande opinion, mais de votre perspicacité en tant que partie d’un corps social qui fait de vous, en tant que partie de votre peuple, de votre État, de votre fédération d’État ou si vous permettez à l'humanité.

L'homme en tant qu'être unique, pensons à Robinson, par exemple, est une créature très intelligente; mais dès qu'il doit vivre avec d'autres personnes, sa prudence semble faire défaut et plus elle est grosse, plus la masse qui l'entoure est grande. C'est comme si son horizon spirituel devenait plus petit à mesure que sa distance à l'autre homme diminuait.

Si chaque kilomètre carré de sol n'avait qu'un seul être humain, le monde humain serait probablement en ordre; au contraire, il ne nécessiterait aucune commande spéciale. Plus la population humaine devient dense, plus l'ordre sera nécessaire. Mais les gens ne peuvent pas comprendre cela. Ils ne veulent pas abandonner leur liberté, leur marge de manoeuvre, même si à la table de la terre, qui ne peut pas décoller, il y a maintenant deux fois et trois fois plus d'invités qu'il y a quelques générations. Ils continuent à se reproduire avec bonheur, mais tout le monde veut vivre comme s'ils étaient seuls.

Le plus étrange est le fait que la recette d’une coexistence prospère de l’humanité est connue depuis longtemps. Cela signifie: aimez votre prochain comme vous-même: si cela était suivi, tous les problèmes sociaux et politiques seraient résolus d'un seul coup. Mais les gens ne s'aiment pas, mais sont très indifférents.

Comme on ne peut pas se forcer à aimer, comme on veut l'avouer, on pourrait peut-être essayer de substituer un accord moral dans lequel chacun devrait au moins accepter l'autre, par exemple sur le principe: Ce que vous ne voulez pas, celui-là Ne faites pas ça à un autre. Sans doute une règle raisonnable et éprouvée. Théoriquement, personne n'osera la secouer. Mais dans la pratique, elle tend à être rompue avec un cynisme encore plus grand, plus le niveau de responsabilité des personnes qui agissent est élevé et plus les intérêts en jeu sont étendus. Sinon, par exemple, il ne pourrait plus y avoir de guerre - une preuve claire que l'homme est stupide.

Après la guerre de 1914 à 1918, quelqu'un a compris que les coûts de la guerre auraient été suffisants pour donner à chaque famille des peuples participants un chalet bien construit dans un jardin. Mais probablement un ministre qui aurait fait une telle proposition au lieu de la guerre aurait été envoyé dans un sanatorium. L'homme qui a commencé la Seconde Guerre mondiale vingt-cinq ans plus tard, ses compatriotes, et pas seulement ceux-ci, ont longtemps été considérés comme un grand homme d'État, un génie. En un mot, il était stupide. Mais il ne faisait pas exception. L'homme est stupide.

Nous vivons maintenant dans la rupture entre la deuxième et la troisième guerre.

Il est préparé avec enthousiasme des deux côtés pour ne pas éclater. En conséquence, on s'attend à ce que son éclosion se produise dans trois, sept ou douze ans. On estime que la moitié du monde en ruine. L'autre moitié commencera à ranger par la suite. Peut-être que la prochaine fois, vous quitterez les décombres. Si l'homme n'était pas stupide, il aurait compris depuis longtemps que les guerres faisaient plus de mal au vainqueur qu'elles n'étaient bonnes. C'est lui qui doit payer l'indemnité de guerre si le perdant est en faillite; de même que vous pouvez avoir le plaisir de pouvoir payer l'avocat adverse après le gain de la procédure. Que la guerre moderne n’est plus un duel ancien dans lequel les plus capables de vivre ont plus de chances de subsister, mais une sélection inversée dans laquelle les meilleurs périraient, aurait pu être progressivement remarqué par les milieux éduqués.

Cependant, depuis que des bombes ont été larguées sur la population civile, les faibles sont également détruits; un processus que nos grands-pères ont pu rencontrer.

La technologie moderne est souvent considérée comme une preuve d'intelligence humaine élevée. Mais cela ne donne-t-il pas toujours aux gens, et pas seulement en temps de guerre, l'occasion de montrer leur stupidité?

Il ne pourrait pas faire la vie sur terre avec son aide au paradis (qui est ailleurs), mais tout à fait confortable. Au lieu de cela, il continue à se déranger. Il travaille environ deux fois plus longtemps qu'il en a besoin. et beaucoup des travailleurs qui sont esclaves des automates humains doivent toujours être heureux s'ils sont autorisés à travailler.

Les bonnes récoltes sont plus à craindre que les mauvaises, car il faut détruire l'abondance d'une manière ou d'une autre, alors qu'ailleurs la faim est en train de mourir. Personne n'a eu l'idée que la bénédiction de la terre puisse être donnée à ses semblables. Regardons les choses en face: nous sommes trop stupides.

Avec les trésors de la terre, qui ne sont nullement infinis, aussi peu que la terre elle-même, un joyeux épuisement est conduit. Le bois, le charbon, le fer, quel qu’il soit, sont exploités et gaspillés négligemment sans égard pour les générations suivantes. Les forêts sont détruites, les animaux et les peuples enfantins sont exterminés. Après nous, le déluge!

Il semble que la surexploitation soit la forme d'activité économique la plus proche du caractère humain. Mais pour une humanité de deux milliards, qui veut toujours avoir des enfants et des petits-enfants, il est une folie sans scrupules. Si elle ne parvient pas à mémoriser cette table de multiplication inévitable, elle finira un jour avec sa culture tant vantée et n'aura pas à se soucier du capitalisme et du socialisme.

Peut-être est-il un présage significatif que les grands états de la terre portent encore des prédateurs dans leurs armoiries, que l’on ne rencontrera bientôt que dans les jardins zoologiques.

Les dinosaures étaient aussi des prédateurs. Et bête.

J'ai bien peur que l'humanité ne périsse à cause de sa stupidité.

Publié dans: Les gens et le temps: politique, société, vie spirituelle des peuples, 3. Vintage, mai 1948 http://www.landesarchiv-bw.de/plink/?f=1-1073192

voir aussi en cours:

L'extinction d'espèces devient de plus en plus menaçante

Stuttgarter Zeitung, 24.04.2019, par Klaus Zintz

Une étude des Nations Unies suggère que près d'un million d'espèces animales et végétales sont menacées de disparition. Le rapport n'a pas encore été publié, mais le projet a déjà filtré: Selon les auteurs, beaucoup de 500 menacent de disparaître jusqu'à ce qu'un million d'espèces hautement menacées d'extinction "dans les décennies à venir". Le rapport ne cache pas le fait que la responsabilité incombe clairement aux humains et à la destruction de l'environnement qu'ils causent: agriculture, déforestation, exploitation minière, pêche et chasse, suivis du changement climatique et de la pollution. Si le rapport alarmant, cependant, en dernière analyse, sera approuvé par les États, doit être vu dans la semaine à venir. L’étude sera présentée par la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) lors d’une conférence qui se tiendra à Paris lundi prochain. Les États membres de 000 IPBES y sont représentés.Le message est explosif, car près d’un million d’espèces mourantes représentent une énorme quantité. Les critiques peuvent toutefois faire valoir que l'on ne sait même pas combien d'espèces animales et végétales il y a sur la terre. Une extrapolation de 130 était basée sur X millions d’espèces. Toutefois, les experts travaillant sur le sujet estiment que jusqu'à 2011, le pourcentage de toutes les espèces n'a pas encore été découvert. L’estimation varie donc entre deux et 8,7 millions d’espèces. Si vous ajoutez l'armée de micro-organismes, cela pourrait représenter plus d'un billion d'espèces. On ne sait même pas avec certitude combien d'espèces ont été décrites scientifiquement: selon les estimations, ce nombre pourrait atteindre plus de deux millions. Même si - comme cela est souvent le cas lors de telles conférences - des modifications et un affaiblissement du texte devraient être apportés, la conclusion est claire: le monde se dirige vers l'extinction de masse dans une dimension similaire à celle de l'effondrement d'un météorite géant, il y a quelques millions d'années, lorsque les dinosaures sont morts. Seulement aujourd'hui, ce n'est pas la nature, c'est l'homme qui en est responsable.