Hindenburg

- Yg. 1927, n ° 40 -

M. v. Hindenburg célèbre aujourd'hui son 80. Anniversaire. Puisqu'il ressemble à un saint national allemand depuis Tannenberg, il ne se passera pas sans un petit grondement de Hindenburg. Même les congés de gauche et les personnes ne seront probablement pas en mesure de lui échapper. Malheureusement, nous n’avons pas encore progressé sur le plan politique d’un côté et de la fierté civique de l’autre que de telles occasions ne doivent pas nécessairement être embarrassantes.

Hindenburg est président de la République allemande. Lorsqu'il est honoré comme tel sous une forme appropriée, il n'est pas une personne mais un symbole; et pas un républicain, pas même l'adversaire politique le plus dur du chef de l'État, n'aurait l'occasion d'échapper à l'événement ou même de le déranger. Mais Hindenburg est aussi un maréchal impérial et une figure de propagande en noir et blanc et en rouge; Malgré toute la loyauté qu'il a observée envers la république depuis qu'il a repris ses fonctions actuelles, il n'a pas abandonné ses relations avec son ancien poste. En particulier, il semble toujours (malgré l'aversion personnelle) se sentir lié par son devoir militaire à l'ancien "seigneur de guerre suprême"; sinon, il n'aurait pas répondu à ce vrai télégramme de Wilhelmine le jour de Tannenberg. Et si l'anniversaire de Hindenburg est célébré avec des manifestations d'associations soi-disant patriotiques et de défilés de drapeaux monarchistes, on ne peut pas s'attendre à ce qu'un républicain participe. la Reichsbanner noir-rouge-or a raison s’il refuse de se tenir à Berlin aux côtés de loups-garous et d’autres treillis à croix gammée.

Même dans la glorification complètement infondée, presque impénétrable de la personne de Hindenburg, personne ne saura qui connaît la légende de Hindenburg. Le Premier ministre prussien a. D. Adam Stegerwald pas suffisamment informé? Il est l'auteur d'un article graisseux sur Maternartikels, qui a publié il y a longtemps la presse provinciale, y compris l'image garnie de feuilles de laurier du jubilé. Hindenburg ne peut pas être "en toutes choses" "notre exemple"; il n'est pas un "grand homme"; et ses mérites en tant que commandants d'armée ne sont vraiment pas indiscutables. Stegerwald le fait plus ou moins comme le cultivateur qui disait d'un bon millésime: "sa propre croissance", et d'un mauvais: "c'est exactement ainsi que notre Seigneur Dieu l'a fait grandir". Il écrit de son héros: "Il a réussi et n'est pas devenu fier. Il a vu le malheur s'abattre sur lui-même et sur sa cause. , ., et ne s'est pas cassé lui-même. "Ne pourrait-on pas être aussi tenté de mettre" chance "au lieu de succès, et" malheur "au lieu de malheur? Le résultat final - décisif - de la campagne menée par Hindenburg a malheureusement été l’échec; il ne l’honore pas non plus, pas plus que la vérité historique, s’il est déclaré irresponsable dans la défaite, même s’il était assez robuste, pas contre elle. se casser.

Avec la responsabilité des responsables, c'est quelque chose de bizarre ces jours-ci. Il est entièrement basé sur le Weingärtnerfilosofie mentionné ci-dessus. Si un diplomate, un ministre ou un général réussit, alors ils l'adoreront, même si le succès était plus "un cochon" que le mérite. (Cela a toujours été le cas.) Mais si l’homme a échoué, on ne le blâme pas, même si cet échec ne vient évidemment pas du "mauvais sort", mais est dû à son incapacité, à son entêtement, à son arrogance. (Cela n'a pas toujours été le cas, dans de tels cas, vous aviez autrefois des tribunaux étatiques et militaires ou la ficelle.)

Le peuple allemand, une majorité plutôt étroite de ce peuple, a élu son président Hindenburg après qu'il ait empêché le rétablissement de la paix au bon moment et perdu la guerre, qui semble avoir été pour lui une grande manœuvre.

Nous ne l'a pas choisi. Ce serait loin de nous de l'insulter, comme Ebert l'a insulté. Nous sommes prêts à l'honorer en tant que président de la République. Mais nous voulons le voir jouer dans une redingote, pas dans un costume général. Et nous refusons de l'adorer.

1927, 40 Sch.