responsable

Emil Ludwig (* 25 Janvier 1881 à Wroclaw, † 17, Septembre 1948 à Ascona)

- Yg. 1929, n ° 50 -

Sur le 28. Juillet 1914, dans l’horloge matinale 11, a avec le Déclaration de guerre austro-hongroise contre la Serbie commencé la grande guerre que l'on [1929 ...] nommer quelque chose de prématuré comme la Seconde Guerre mondiale. La veille au soir, en tant qu'émissaire des sociaux-démocrates allemands, il y avait une certaine Hermann Müller est allé à Paris pour suggérer aux camarades français de protester à la Chambre contre la guerre, de la même manière que les Allemands souhaitaient le faire au Reichstag. C’est le même meunier qui, cinq ans plus tard, en juin 1919, a signé le Traité de Versailles en tant que ministre des Affaires étrangères allemand et qui, au bout de quinze ans, est aujourd’hui chancelier allemand. Son alors Paris Mission était voué à l'échec parce que les amis du parti à la maison avaient entre-temps dû changer d'avis. Nous avons "glissé" dans la guerre car il n'y avait personne pour l'arrêter.

Il aurait été arrêté, sinon par les sociaux-démocrates. Or, mieux que tous ceux qui ont honnêtement étudié les dossiers depuis lors, un maître de la représentation nous a encore une fois prouvé: Emil Ludwig dans son livre "July 14", Quiconque l'a lu ne sera plus convaincu de "l'innocence" allemande. Malheureusement, ceux qui devraient le lire en premier, nos universitaires et nos étudiants, devraient faire très attention à ne pas lire. Mais il ne faut plus discuter avec une personne soi-disant éduquée sur la "question de la culpabilité", qui ne connaît pas le livre de Ludwig.

En tant que principal coupable, Ludwig, alors ministre autrichien des Affaires étrangères, a été traité et traité. Berchtoldqui a fileté et instigué la guerre. Comme vous pouvez le constater, il s’appuie délibérément sur les participants allemands. Mais peut-être seulement pour ne pas perturber l'impression factuelle, qui est d'autant plus imposante: que Wilhelm et ses diplomates doivent assumer devant l'histoire la responsabilité décisive dans le déchaînement du cadastre.

La responsabilité? Les faiseurs de guerre de tous les côtés ont-ils vraiment été responsables de tout temps? Est-ce que quelqu'un l'a tenue responsable? Un cheveu a-t-il été plié? Deux d'entre eux, pas les coupables, ont par la suite trouvé une fin violente, le tsar et le comte Tisza. Rien n'est arrivé à qui que ce soit, ni dans la vie, ni dans la richesse et la validité publique. Au contraire!

C'est la chose la plus choquante à lire dans le livre de Ludwig: voir à quel point le métier de diplomate n'est dangereux que pour ses objets, pour les masses des peuples, pour les sujets qui le pratiquent, en revanche, en tant que jeu excitant avec des chiffres. (De même après l’armée: le quartier général n’a pas tiré, les maréchaux ne sont pas sur une liste de pertes.)

Est-ce qu’un métier où vous ne risquez rien, alors que la vie de millions de personnes sont sacrifiées, est en réalité un métier «honnête» qui mérite le respect et l’admiration plutôt que le mépris et le dégoût? Un comte Berchtold ou un comte Pourtales peuvent-ils même se serrer la main, comme d’autres personnes honnêtes? Comment de telles personnes pourraient-elles se résoudre à se montrer dans la société, à vivre comme si rien ne s'était passé?

Dans les temps anciens, les dirigeants à la tête de leurs troupes se sont rendus sur le terrain et ont été les premiers à ouvrir le combat. La décision leur revenait, leur vie était leur priorité. Les commandants et les diplomates qui n’ont pas remporté la victoire ont agité la ficelle de soie, la cour martiale, l’exil ou le harakiri. Les coutumes barbares, non? Mais bon.

Cela ne pourrait-il pas être réintroduit? Ne pourrait-on pas réellement reprocher aux hommes d'État ce qu'ils font?

"Si l'Europe ne veut pas être plongée dans une autre guerre, tous les pays doivent adopter des lois qui privent tout ministre impliqué du masque à gaz. Ensuite, vous vous entendrez tout à coup. "

Ajoutons les mots "et les parlementaires" à cette phrase de Emil Ludwigs, et nous n'aurions plus besoin d'un mouvement pacifiste s'il était valide.

1929, 50 Sch.

Le texte intégral du livre "Juli 14" de Emil Ludwig est disponible ici: https://archive.org/details/Ludwig-Emil-Juli-1914